vendredi, août 12, 2022

Latest Posts

« l’aveu d’un échec de communication » mais une « nécessité »

INTERVIEW

Le débat sur la vaccination obligatoire des soignants contre le Covid-19 s’est poursuivi tout le weekend et l’exécutif entend bien multiplier les consultations au cours des prochains jours, notamment autour de cette question. Invitée d’Europe Midi, la professeure et infectiologue à l’hôpital Cochin à Paris, Odile Launay, a également estimé que si le gouvernement ne parvenait pas à augmenter la couverture vaccinale de cette partie de la population, son obligation pourrait bel et bien devenir une nécessité.

« Il faut tout faire pour que la vaccination soit acceptée. Si on n’arrive pas à l’augmenter pour ces personnes en contact avec des gens fragiles, cela peut potentiellement devenir une nécessité de la rendre obligatoire, a-t-elle estimé. Elles doivent se faire vacciner pour se protéger elles, mais également pour limiter les risques de transmettre le virus. Car avec le Covid-19, on est contagieux avant même d’avoir des signes cliniques d’infection ». 

« L’obligation est toujours un aveu qu’on a échoué »

Dans une tribune au Journal du Dimanche, 96 médecins, dont des chefs de service devenus des figures médiatiques de la pandémie, ont demandé au gouvernement « de prendre dès à présent la décision d’obligation vaccinale » pour tout salarié d’un Ehpad ou d’un hôpital « s’exposant ou exposant les personnes dont elle est chargée à des risques de contamination » au Covid-19.

Mais pour Odile Launay, cette décision reviendrait surtout à reconnaître un échec dans la stratégie de vaccination du pays. « L’obligation est toujours un aveu qu’on a échoué dans la communication, ici vis-a-vis de l’importance de ce vaccin. Pour les soignants, mais aussi par rapport à la population générale, car tout le monde est concerné », a affirmé l’infectiologue. 

La seule réponse à l’épidémie

Selon elle, le vaccin est la seule réponse à l’épidémie. « Aujourd’hui il a montré son efficacité et on sait qu’il ne pose pas de problèmes majeurs sur le plan des effets secondaires. Certes le vaccin ne protège pas à 100% mais lorsqu’on a été vacciné, le risque de transmission est diminué de façon très importante, a-t-elle poursuivi. Et c’est pour cette raison qu’il faut absolument communiquer autour de cette vaccination », a conclu Odile Launay.

Le Premier ministre Jean Castex doit recevoir les chefs de file du Parlement et des élus locaux pour aborder, entre autres, cette question. Le gouvernement travaille à un projet de loi, avait indiqué jeudi une source gouvernementale. Le sujet sera sans doute également abordé à l’Elysée, où Emmanuel Macron recevra à nouveau les leaders syndicaux et patronaux mardi pour un tour d’horizon des sujets d’actualité.

Latest Posts

Don't Miss