dimanche, août 14, 2022

Latest Posts

LA QUESTION SEXO – Que faire en cas d’envies différentes pendant l’été ?

Les vacances d’été sont souvent associées à une idée de regain de libido. Derrière cette image, la réalité est plus nuancée. Comme l’explique la sexologue et psychanalyste Catherine Blanc dans Sans rendez-vous, les vacances peuvent être une épreuve pour certains couples. En effet, les désirs ne sont pas forcément au diapason et se retrouver en tête-à-tête avec son partenaire peut parfois se révéler déstabilisant. C’est ce qui inquiète Xavière qui demande conseil à la spécialiste sexo d’Europe 1.

La question de Xavière

Les vacances s’annoncent, pourtant je sens monter en moi l’angoisse que ça ne se passe pas joyeusement. J’ai le sentiment que mon conjoint et moi n’attendions pas la même chose. Qu’est ce qui m’arrive ?

La réponse de Catherine Blanc

Ce n’est pas toujours simple de partir en vacances ensemble parce que la vie nous permet de vivre en communauté en nous offrant chacun un peu de liberté par le biais des occupations, du travail. Les gens sont ensemble mais pas complètement. Cela permet que le côté lassant se supporte mieux. Les vacances arrivant, on va se retrouver en face à face. C’est d’ailleurs un peu ce qui s’est passé avec le Covid. Certains couples ont explosé en vol parce qu’ils se sont retrouvés en tête à tête quand d’autres se sont retrouvés parce qu’ils n’étaient plus pollués par l’extérieur.

Dans le cas de Xavière, la crainte est de ne pas être au diapason : je vais souhaiter dormir, il va vouloir faire du sport ; je vais vouloir crapahuter, lui va vouloir faire l’amour ; je vais vouloir m’occuper des enfants, il va demander de les mettre au baby club, etc. Ça met en exergue les difficultés du couple qui peuvent passer inaperçues d’habitude. 

Est-ce embêtant de ne pas avoir les mêmes envies pour ses vacances au sein d’un couple ? 

Les périodes de vacances représentent très peu de temps. C’est ce qui fait justement la colère de celui qui voudrait faire avec l’autre quand l’autre prend la poudre d’escampette. Ce qui met en évidence que, finalement, notre vie commune est une vie qui s’est organisée autour de cette fuite. Cela met en évidence les difficultés de désir.

En plus, les gens ont l’idée que la sexualité est saisonnière, c’est à dire que dès qu’il fait beau, on est censé être super excités, ce qui n’est évidemment pas le cas. L’un va se dire que l’autre va être enfin disponible. La réalité, c’est que celui qui est en difficulté en profitera pour se trouver une occupation ou avouer son épuisement total et dormir.

Faudrait-il se mettre d’accord à l’avance ?

On peut se mettre d’accord et on peut se dire qu’il y a des choses qui sont des incontournables pour soi et qu’il nous tarde d’avoir la liberté de les faire. Mais il faut toujours que cela soit une histoire de gagnant gagnant. Si c’est un seul qui fait la loi, ça ne va pas marcher. Il faut savoir se dire qu’il y a des choses qu’on peut faire et d’autres non et ne pas s’inventer des compétences que l’on n’a pas.

Je rencontre beaucoup de couples à la veille des vacances qui m’appellent en urgence pour avoir des consultations, comme si une consultation de couple allait régler ce qui s’est joué toute l’année et va être mis en évidence ou vu lors des vacances. 

Les vacances sont donc des révélateurs ?

Certains disent « ça passe ou ça casse et ça décidera de la rentrée », mais ce n’est pas vrai. Nous arrivons en général en vacances fatigués, donc la vision que nous avons de nos couples est déjà déformée. Il faut déjà s’accorder de se reposer un temps pour pouvoir évaluer les choses et s’approcher tout en douceur, ne pas vouloir se sauter dessus ni vouloir se demander la montée de l’Everest. Chaque chose en son temps. Il sera toujours possible à la rentrée de consulter si on s’est rendu compte qu’il y a vraiment une dissynchronie importante.

Latest Posts

Don't Miss