vendredi, août 12, 2022

Latest Posts

« C’est avec que jamais d’actualité » : un circuit de mémoire de l’abolition de l’esclavage inauguré mardi en Saône-et-Loire

Onze communes de Saône-et-Loire feront partie de ce parcours mémoriel, qui sera mis en place lors du Festival Outre-Mer en Bourgogne. La première étape sera inaugurée à Montceau-les-mines ce mardi 3 mai 2022.

Au téléphone, des bavardages d’enfants résonnent en fond. Christiane Mathos, présidente de l’association Mémoire de l’Histoire de l’Abolition de l’Esclavage en Saône-et-Loire, commence en s’excusant presque : « Je suis avec une classe de CM2. » La voix enjouée, celle qui est de ce fait présidente des Amis des Antilles, intervient auprès d’un groupe de scolaire, à cause le cadre d’un itinéraire mémoriel de l’abolition de l’esclavage en Saône-et-Loire. Le parcours sera inauguré lors du festival Outre-Mer en Bourgogne (2 au 15 mai 2022).

« Je suis à Digoin, c’est l’une des étapes du parcours », précise d’emblée Christiane Mathos. Son association mène plusieurs initiatives auprès d’écoles et de collèges. Des actions d’éducation et de mémoire qui lui tiennent à cœur :  « Il faut informer les élèves de leur histoire, car c’est une histoire mondiale, mais de ce fait et surtout une histoire locale ».

Le électricité de la mémoire de l’abolition de l’esclavage se partage en deux parcours, entre onze villes : Digoin donc, mais de ce fait, Ameugny-Cormatin, Cluny, Charolles, Génelard, Mâcon, Montceau-les-Mines, Milly-Lamartine, Paray-le-Monial, Saint-Point-Saint-Joseph, et Toulon-sur-Arroux. à cause chacune de ces communes, existe une figure de l’histoire de l’abolition de l’esclavage : outre Lamartine, il y a également Jean-Philippe Saclier, à l’origine de l’article 10 du cahier de Doléances dont le but est d’éradiquer l’esclavage à cause les colonies, ou encore Anne-Marie Javouhey, qui a fait affranchir des esclaves en Guyane en 1838.

La plaque mémorielle de Toulon-sur-Arroux est l'un des points d'étape du parcours. L'article 10 du cahier de doléance (1789) a été écrit par J.P Saclier, alors maire de la commune.

© Théo Lubin

Latest Posts

Don't Miss