dimanche, août 14, 2022

Latest Posts

Un avion hybride fait escale à Nîmes et à Toulouse

Le premier avion électrique volant dans le monde achève son tour de France, à Nîmes et Toulouse ce week-end. Développé par une start-up française, cet appareil hybride allie écologie et désenclavement des territoires. Il pourrait bien être commercialisé dans quelques années.

C’est peut-être l’avion du futur ! Le Cassio 1, petit appareil hybride électrique développé par la start-up française VoltAero a entamé son tour de France début juillet, et l’achève ce week-end en Occitanie. 

Hier, samedi 10 juillet, il a fait escale à l’aéroport de Nîmes-Garons avant de rallier aujourd’hui la capitale de l’aéronautique : Toulouse. 

Coup d’envoi ce 5 juillet du 1er Tour de France d’un avion hybride organisé par @EdeisOfficiel et @VoltAero depuis l’aéroport de Lorient.
Première étape : le futur s’écrit dès aujourd’hui avec une aviation propre, capable de relier les territoires entre eux rapidement pic.twitter.com/WxbGbMGnwq

— Edeis (@EdeisOfficiel) July 5, 2021 Limiter les émission de CO2

Sa particularité : il est équipé de cinq moteurs électriques, couplés avec un moteur à combustion interne. Une motorisation qui lui permet d’effectuer un trajet de 2h15 à une vitesse de croisière d’environ 220km/h. Pour un avion de ce type, c’est une première mondiale. 

Le pilotage n’est pas différent d’un autre avion, sauf lorsque l’on est en mode électrique. La particularité, c’est que la puissance que l’on demande arrive immédiatement à l’hélice. Avec un moteur thermique, il y a un temps de réponse que nous n’avons pas ici et c’est très agréable.

Didier Esteyre, co-concepteur et pilote de Cassio

Depuis plusieurs mois, le secteur de l’aéronautique est dans le viseur du projet de loi « Climat et résilience ». Ce dernier interdit notamment les vols intérieurs quand un trajet de moins de 2h30 est possible autrement, et limite toute extension ou création d’aéroport.

« Les avions que nous avons sont des avions verts. Ils peuvent fonctionner avec des économies d’énergie, de la réduction de CO2 et en plus des coûts d’exploitation très faible. C’est un avion parfait pour les petites liaisons », explique Jean Boti, co-concepteur de Cassio. 

Trois anciens salariés d’Airbus au coeur du projet

L’avion est aujourd’hui l’un des moyens de transports les plus émetteurs de gaz à effet de serre. La décarbonation du secteur aéronautique est plus que jamais au coeur des préoccupations, mais est-ce réalisable ? 

C’est en tout cas ce qu’ont souhaité prouver les trois anciens salariés d’Airbus à l’origine du projet. Depuis plus de trois ans, ils travaillent sur cet appareil hybride aux côtés d’une vingtaine de personnes. 

Actuellement, le Cassio 1 peut faire 100km grâce à l’énergie électrique, mais ses concepteurs imaginent déjà la suite. 

On prépare un avion de série hybride avec 3h30 d’autonomie, dont la possibilité de faire environ une heure en électrique. Tous les décollages et les atterrissages se feront en électrique.

Jean Boti, co-concepteur de Cassio

Première commercialisation en 2023

Le premier avion doit être commercialisé en 2023 avec 4 places maximum. La version 6 places devrait quant à elle suivre en 2024, puis un modèle 10 places en 2026. 

Dans un premier temps, Cassio devrait relier des aéroports régionaux. Avec une capacité d’accueil encore très réduite, l’objectif premier est de toucher les entreprises qui pourraient avoir besoin de se déplacer rapidement d’un territoire à l’autre. 

Pour les longs-courriers hybrides, il faudra semble-t-il attendre encore quelques années. 

Latest Posts

Don't Miss