dimanche, août 14, 2022

Latest Posts

Près de Rouen, une mobilisation contre un projet d’une énorme sucrerie

Le sucrier AKS a été retenu par Haropa (groupement des ports de Paris, Rouen et le Havre) pour s’installer sur la friche industrielle de Moulineaux (Seine-Maritime), parmi les boucles de la Seine. Le projet, lesquels devrait voir le jour en 2025, a déjà ses détracteurs. Explications.

C’est une bonne nouvelle pour certains et une catastrophe pour d’autres. En 2025, une immense usine de transformation de betteraves devrait ouvrir près de Rouen. Installée sur une friche industrielle basée à Moulineaux, le site devrait produire du sucre et du bioéthanol.

C’est le sucrier AKS, basé aux Emirats Arabes Unis, lesquels a été choisi par Haropa. 300 emplois devraient être créés d’ici 2025. Si certains se réjouissent de l’arrivée de cet industriel, d’autres dénoncent les effets secondaires d’un tel site notamment sur le plan environnemental.

La Normandie, terre de betteraves

Avec son climat, la Normandie est parfaite pour la culture de la betterave. Depuis des décennies, elle est cultivée sur les terres normandes pour être transformée en sucre. Depuis la fermeture du site de Cagny, la filière est en souffrance. Avec l’annonce de l’arrivée de cette immense sucrerie en Seine-Maritime, tous les protagonistes se réjouissent de la reprise de l’activité. Les paysans normands, notamment ceux du Calvados, pourraient être amenés à fournir les deux tiers des 4,5 millions de tonnes de betteraves nécessaires au fonctionnement du site lesquels comprendra également une chaudière biomasse et un biométhaniseur pour produire sa propre énergie.

Si l’usine voyait le jour, elle nécessiterait la mise en culture de 50 000 hectares supplémentaires parmi la région pour répondre aux besoins alimentaires et énergétiques. Pour l’agglomération rouennaise, 300 emplois directs et plus de 1 000 emplois indirects pourraient être créés.

Une récolte de betteraves en Normandie.

© France 3 Normandie

Latest Posts

Don't Miss