vendredi, août 12, 2022

Latest Posts

le centriste Jean-Marc Governatori est candidat à la primaire des écologistes

Jean-Marc Governatori, co-président du parti Cap écologie, est le quatrième candidat déclaré pour la primaire des écologistes en vue de l’élection 2022. Candidat « centriste » à la présidence de la région Paca, il avait finalement conclu un accord avec Renaud Muselier (LR) pendant l’entre-deux tours.

Après Sandrine Rousseau, le maire de Grenoble Éric Piolle et le député européen Yannick Jadot, c’est Jean-Marc Governatori qui entre dans la course à la présidentielle 2022. Comme les trois autres candidats déclarés, il participera aux primaires organisées par le Pôle écologiste, qui réunit 5 partis écologistes, pour déterminer le candidat vert pour l’élection présidentielle 2022.

« J’ai constaté que tous les candidats déclarés parlent d’une écologie de gauche, je souhaitais que l’écologie centriste soit présente dans cette primaire », déclare Jean Marc Governatori. Selon lui, « on ne peut pas gagner 2022 en ne parlant qu’aux électeurs de gauche ».

Récemment, ce candidat centriste s’était présenté comme tête de la liste Cap Écologie (5,28%) pour les régionales 2021. Pour faire barrage au Rassemblement national, comme le candidat de l’union de la gauche et des écologistes Jean-Laurent Félizia, il a décidé de se retirer au profit de Renaud Muselier, écartant l’option un temps évoquée d’une fusion. 

Après les régionales, la présidentielle

Au soir du premier tour, Jean Marc Governatori parlait d’un « score historique » et s’était félicité d’assister à « la naissance de l’écologie centriste. » Annonçant sa volonté de se rallier à Renaud Muselier avant même le premier tour, il a annoncé avoir négocié des mesures environnementales avec le président de région élu, comme le développement de l’économie circulaire ou l’évaluation de l’empreinte écologique de la région. 

Avec les 5,28% des voix qu’il a récolté lors du premier tour des régionales, Jean Marc Governatori y voit la preuve qu’il y a « un électorat qui recherche un candidat de droite ou centriste et écologiste ». 

Au départ allié avec EELV, il avait décidé de quitter la liste menée par Jean-Laurent Félizia, estimant que sa composition avait « donné une place trop grande aux forces de gauche » en incluant des partis comme le PS et le PCF. Cet entrepreneur de 62 ans s’était finalement allié avec le parti animaliste pour le premier tour des régionales. Il se dit aujourd’hui convaincu que « EELV n’est pas enchanté par [sa] candidature » : « ils craignent l’affirmation d’une écologie centriste ». 

Jean Marc Governatori a auparavant été secrétaire national de l’Alliance écologiste indépendante. En 2021, elle fusionne avec Cap 21, le parti politique de l’ancienne ministre de l’Environnement Corinne Lepage pour former « Cap Écologie », qui souhaite incarner « l’écologie au centre ».

Initialement proche du centre-droit, Jean-Marc Governatori s’était déjà présenté à l’élection présidentielle en 2007 pour son parti « La France en action », qui visait à défendre « les handicapés, les petits patrons, l’écologie indépendant et la protection des animaux ». Il avait du jeter l’éponge faute de parrainages suffisants.

Avant la politique, il a été directeur de plusieurs grands magasins dans le sud de la Frace. Il est également l’auteur de plusieurs ouvrages sur des thèmes variés comme la protection des animaux ou la lutte contre la drogue et l’insécurité. 

Latest Posts

Don't Miss