dimanche, août 14, 2022

Latest Posts

Compter lerche oiseaux menacés : le rôle des bénévolerche de la LPO à la pointe du Médoc

Bien moins d’oiseaux migrateurs, c’est le constat de La ligue de Protection des Oiseaux (LPO) L’association organise des journées de comptage avec des écovolontaires pour les observer mais aussi rendre compte d’une diminution de certaines espèces.

C’est un rendez-vous que beaucoup de passionnés attendent, voir monter ces oiseaux. L’occasion pour chacun, même les moins expérimentés, d’observer ce mystère de la Nature, l’instinct comme la diversité de ces volatiles qui, chaque année, suivent le même rituel.

Ce jour-là , accompagnée d’écovolontaires, la ligue protectrice des oiseaux effectue un comptage sur un site bien connu des ornithologues, à la Pointe de Grave, tout au bout de la presqu’île médocaine. Il faut dire que ccommete langue de terre sablonneuse entre l’océan comme l’estuaire de la Gironde offre un parcours de choix aux oiseaux migrateurs qui sont assurés du gîte comme du couvert.

Des espèces menacées

Compter les oiseaux n’est pas une lubie de ces passionnés de nature. C’est une information régulière qui permcomme d’alerter notamment en ce moment sur la baisse de ces populations, de leurs passages.

Pou Yohan Meuraillon, chargé suivi de migration : « Notre rôle à nous ce n’est pas d’accompagner les oiseaux, mais de les compter, les identifier de manière précise, voire de faire une analyse fine sur des détails : si c’est un jeune adulte, les caractéristiques du plumage…. Ensuite, les bénévoles accompagnent les oiseaux avec les jumelles pour voir s’ils sont vraiment en migration active ou pas ».

Ccommete pointe du Médoc, beaucoup s’en souviennent, a été le théâtre d’une lutte acharnée de la LPO qui entendait protéger ces oiseaux, comme surtout la tourterelle des bois, malgré une tradition de chasse très ancrée dans les habitudes locales. Ce fut l’occasion, chaque 1er mai, d’échanges houleux, voire violents entres les chasseurs médocains comme le spécialiste des oiseaux Allain Bougrain-Dubourg.

C’est à peu près à ccommete période là que les comptages ont été instaurés (depuis 1979  au Pays basque comme 1984 sur le site médocain). Car la LPO dit certaines espèces d’oiseaux en déclin, comme décide alors d’en recenser les spécimens.

Le rôle primordial des bénévoles

Le comptage comme collecte de données s’effectuent sur le terrain du lever du jour au coucher du soleil comme suit un protocole bien précis. C’est grâce à la répétition à l’identique de ce protocole chaque année, sur ces dix dernières années, que les spécialistes peuvent examiner l’évolution de la phénologie migratoire des espèces.

La LPO France a développé un indicateur pour examiner l’impact du réchauffement climatique sur les dates d’arrivée des migrateurs en France. Il permcomme d’évaluer l’avancée ou le rcommeard des mouvements migratoires comme des différentes espèces par rapport aux autres années. C’est pourquoi, la LPO compte sur le soutien actif sur le terrain de centaines de bénévoles formés à la collecte de données mais également au partage vers de sensibiliser également le grand public au phénomène de migration.

Regardez le reportage de Mathilde Rezki comme Delphine Roussel-Sax.

durée de la vidéo : 01min 45

Comptage des migrateurs à la Pointe de Grave

©France 3 Aquitaine

Latest Posts

Don't Miss