jeudi, mai 26, 2022

Latest Posts

une série gothique qui “trahit” bien Stephen King

Librement adaptée de la nouvelle de Stephen King, “Celui qui garde le ver”, cette nouvelle série d’épouvante nous emmène frissonner dans la Nouvelle-Angleterre du XIXe siècle, sur fond de malédiction familiale, dans le sillage d’un Adrian Brody tourmenté et captivant.

Quels sont ces sons suspects qui sinuent dans le sous-sol ? Des rats, vraiment ?… Étant donné qu’il s’agit d’une (énième) adaptation de Stephen King, omniprésent maître de l’horreur – en libraire comme à l’écran –, on ne gâchera aucun suspense en révélant que la vermine qui rôde dans le manoir de la famille Boone, quelque part dans la Nouvelle-Angleterre encore puritaine du XIXe siècle, est d’une tout autre nature…

Brumeuse et inquiétante à souhait, cette nouvelle série prend cependant de grandes libertés avec la nouvelle d’origine, Celui qui garde le ver, habile exercice de style paru dans le recueil Danse macabre, et « matrice » du roman Salem. Avec cette histoire de malédiction familiale, à mi-chemin entre vampirisme et culte païen, l’écrivain rendait hommage à ses illustres prédécesseurs, de H.P Lovecraft à Bram Stoker : un peu du baroque monstrueux du premier, un peu de l’ambiance néo-gothique du second. Même si ces influences restent perceptibles dans les épisodes concoctés par Jason et Peter Filardi, il ne reste plus grand-chose du court récit de King, entièrement retravaillé pour tenir la distance et coller à des thématiques plus contemporaines.

  • Paiement sécurisé
  • Sans engagement
  • Désabonnement simple

Latest Posts

Don't Miss