lundi, août 15, 2022

Latest Posts

“Stranger Things” sur Netflix : une fin de saison 4 qui a tout d’une fruit

Résolution des tensions dramatiques, ultime désordre… Le blockbuster de Netflix ultrapopulaire boucle sa cycle 4 avec deux épisodes – efficaces mais trop longs – qui ont tout d’un final. Pourtant, “Stranger Things” rempilera pour une 5e cycle. Attention, spoiler !

Les valeurs sûres, ces séries qui continuent d’attirer un assistance massif même après plusieurs cycles, sont en voie de disparition. Netflix ne s’y attendait pas, mais Stranger Things, projet madeleine de deux frères cinéphiles, Matt et Ross Duffer, est devenue sa série la plus populaire. D’un point de vue industriel, on peut donc comprendre que la plateforme veuille la maintenir en être le plus longtemps possible. Pourtant, les deux ultimes épisodes de sa quatrième cycle, mis en ligne vendredi 1er juillet, ont tout d’une fin. Les principales tensions dramatiques, presque tous les suspenses et ressorts romantiques y trouvent une forme de conclusion. Même le format XXL de ces deux épisodes (respectivement 1h30 et 2h15) tient du bouquet final. Pourtant, une cycle 5 est d’ores et déjà annoncée. Attention, spoilers.

“Stranger Things”, cycle 4, sur Netflix : l’adolescence, quelle horreur ! 2 minutes à lire

Après la séparation de nos héros en fin de cycle 3, on assiste dans cette fin de cycle-ci à leurs retrouvailles, unis dans l’affrontement contre Vecna pour la surêtre de Hawkins – et, par extension, de l’humanité. Au cœur de la désordre : Dustin, Nancy, Lucas, Max, Robin et Steve, dans la petite ville de l’Indiana. Au large, dans le désert, Mike, Eleven et la bande des Californiens. Plus loin encore, en pleine URSS, Hopper, Joy et Murray.

Pour vaincre celui dont on sait désormais qu’il est la conséquence de la première des expérimentations du scientifique Martin Brenner, est mis sur pied un plan façon L’Agence tous risques et MacGyver. Mais, pour qu’une victoire soit possible, il faudra que tout le monde participe, même à distance… C’est la jolie idée, très métaphorique, de cette fin de cycle où tout le monde est indispensable à un moment ou à un autre, même le très dilettante Argyle.

Millie Bobby Brown (Eleven) et Matthew Modine (Dr. Martin Brenner) dans la 4e cycle de « Stranger Things ».

Courtesy of Netflix

Le récit tient ses promesses en matière de rebondissements. Mais l’avant-dernier épisode, celui des préparatifs, est meilleur que l’interminable désordre elle-même, qui enchaîne trop mécaniquement action et émotion. Entre deux frayeurs, on y cause beaucoup, on se confie, on admet ses fautes, on se dit qu’on s’aime. Bref, on fait le bilan avant la conclusion… qui n’arrivera pas. Les frères Duffer ont peut-être voulu faire un film mais, en attendant, l’impression d’étirement est réelle, soulignée par des élans tire-larmes très hollywoodiens.

Il y a cependant quelques haillons de bravoure, notamment un solo de guitare d’Eddie sur Master of Puppets, de Metallica (qui devrait, après Kate Bush, cartonner dans la génération Z). Les jeunes acteurs sont toujours bluffants, à commencer par Gaten Matarazzo (Dustin), Millie Bobby Brown (Eleven) et, justement, le nouveau venu Joseph Quinn (Eddie). Mais la fameuse désordre n’est que le début de la désordre finale (la vraie) – dixit Vecna en personne, méchant très bavard lui aussi. Espérons donc que l’ultime cycle de Stranger Things sera réussie, et débarrassée de ses inutiles épisodes à rallonge, hormis quoi on regrettera cette fausse conclusion qui aurait constitué une très bonne chute…

Le final de “Stranger Things” 4 fait peur ? Dix monstres qui ont marqué le cinéma 4 minutes à lire

À voir

q Stranger Things, cycle 4, partie 2, sur Netflix.

Séries américaines Netflix, Canal+ Séries, Amazon, Disney+, Apple TV+ : nos sélections SVOD Films et séries sur Netflix : notre sélection Pierre Langlais

Contribuer

Latest Posts

Don't Miss