lundi, août 8, 2022

Latest Posts

quand l’art s’empare du végétal

À la Fondation Galeries Lafayette, les artistes Jean-Marie Appriou et Marguerite Humeau unissent leurs imaginaires en créant un envoûtant jardin artistique. Une exposition atypique, qui mêle performances végétales et sculptures fantastiques.

L’horizon de surface ? Ainsi les spécialistes des sols appellent-ils cette couche pédologique de l’entre-deux, où les corps morts se transforment en vivants. À la fondation Lafayette Anticipations, cette interface de tous les possibles donne son nom à l’exposition « Surface horizon ».

Mais si le show trouve son point de départ dans la science des sols, il est surtout ici question d’imaginaire. Celui de deux artistes, Jean-Marie Appriou et Marguerite Humeau, qui sur l’invitation de la directrice du lieu, Rebecca Lamarche-Vadel, ont entremêlé leur travail en un envoûtant conte liquide. Lequel emporte dès l’entrée, avec une vague d’orchidées roses, « magma végétal écœurant de plantes hors-sol, mirage d’une époque qui a perdu ses racines », explique Marguerite Humeau.

La marche du temps

D’étage en étage, la plasticienne a peuplé ses microarchitectures de plantes à la symbolique forte. Telle une serre désertique, dont les végétaux alertent sur la pauvreté des sols. Et sur la terrasse qui termine l’édifice, un vaisseau spatial noir aux allures de cadran solaire, posé au milieu d’un parterre dont la floraison suit de près la marche du temps.

Cet article
est réservé
aux abonnés

alors, on sort!

Festival, expositions, Cannes, Avignon…
Vibrez tout l’été au rythme des grands rendez-vous.

  • Tous les événements Télérama et partenaires
  • Tous les articles et critiques
  • 3 comptes à partager avec vos proches

Je m’abonne pour 1€ / mois tout l’été

Latest Posts

Don't Miss