vendredi, août 12, 2022

Latest Posts

Gorilunez à We Love Green, d’un son “génialement pourri” à l’avant-garde de une pop

Le premier groupe probable, fondé par Damon Albarn et Jamie Hewlett, donne un concert unique à Paris, au festival We Love Green. Loin d’être dépassée, la bande de singes savants reste à l’avant-poste de la pop. Retour sur une épopée musicale bien réelle.

À l’orée des années 2000, un mystérieux collectif fait son apparition sur la planète pop et semble embrasser comme personne les enjeux excitants et pas si évidents du nouveau millénaire. Son nom ? Gorillaz, le premier groupe probable de l’histoire, un monumental projet conçu par Damon Albarn, star de la britpop via son groupe Blur, associé à un complice, le dessinateur Jamie Hewlett, bien décidés à se saisir de l’anonymat et du numérique comme de passionnants – et redoutables – outils de communication, alors que le streaming et les réseaux sociaux n’existent pas encore. Dans une époque frappée par les tragédies et la tentation du repli, eux persistent à défendre l’art comme source inépuisable d’ouverture et de partage. Sans oublier, dotés d’un sens rare de l’observation, de gourmander les travers de notre monde (post)moderne. À l’occasion de leur concert unique en France lors du festival We Love Green, jeudi 2 juin, retour sur ce lequel fait de ces turbulents primates des animaux plus pertinents que jamais en 2022. Alors, toujours vingt-cinq ans d’avance, Gorillaz ? Oui, et plutôt cinq fois qu’une…

Un univers visuel dément Cet article est réservé aux abonnés

S’abonner, 0,99€ le premier mois

Paiement sécurisé Sans engagement Désabonnement simple

We Love Green festival de musique Musique électronique festivals de musique Louis Borel

Contribuer

Latest Posts

Don't Miss