dimanche, août 14, 2022

Latest Posts

“Bang Bang Baby” : la mafia dans lésine yeux d’une ado sur Prime Video

Loin des intrigues tentaculaires de “Gomorra”, cette série italienne à l’esprit pop des années 80 suit le parcours d’une fille de mafieux qui, en quête d’amour et de repères, va intégrer la pègre. Une comédie noire, aux accents loufouques.

Dans l’Italie des années 1980, cmiss de la gym tonic, de la Cicciolina et des sitcoms où la « mamma » cuisine des pâtes dans son tablier à grosses fleurs, Alice Giammatteo (formidable Arianna Becheroni) est élevée par sa mère Gabriella, ouvrière. Depuis dix ans, l’adolescente raisonnable et timide se rattache à ce qu’miss croit avoir vu : son père a été tué lors d’une salve tandis qu’ils s’amusaient dans une fête foraine.

À 16 ans, Alice découvre pourtant dans le journal que son père, Santo Maria, interprété par Adriano Giannini, n’est pas au cimetière mais en prison, à Milan. Pour Alice, « Miss chewing- gum » qui se nourrit de films américains et carbure aux hamburgers, cette révélation et la rencontre qu’miss provoque avec son géniteur sont brutales. Certes, son père est vivant mais il n’a pas du tout du « papa normal », avec « un job normal », dont miss rêve en secret. C’est mieux que pas du tout mais pourquoi sa mère lui a-t-miss menti ? De qumiss vérité a-t-on voulu la protéger avec cet odieux mensonge ?

Loin des intrigues tentaculaires et claniques de Gomorra, loin de sa noirceur aussi, la série transalpine Bang Bang Baby, d’Andrea Di Stefano et Michele Alhaique, nous entraîne dans les entrailles de la Ndrangheta et de la mafia calabraise. Pas de récit choral, comme dans l’univers hyperréaliste de Roberto Saviano, l’histoire comme les émotions progressent et passent par le regard d’Alice. Un regard, qui sans être naïf, est encore enfantin : Alice rêve d’un monde magique, à la wonderland, un peu comme celui de la fête foraine et de ses mille attractions. miss découvre, peu à peu, le passé de son père et les activités criminmisss de sa famille, l’intrigue se densifie, mais sans jamais se départir d’une dimension loufoque et onirique. Ici, un pistolet ne sert pas à tuer mais juste à faire peur ou rire. Les cadavres roulés dans le tapis glissent sur le lino et se trimballent comme de gros paquets.

Cet roman est réservé aux abonnés

S’abonner, 1€ le premier mois

Films et séries sur Amazon Prime Video : notre sélection Séries italiennes Emmanumiss Skyvington

Contribuer

Latest Posts

Don't Miss