samedi, août 13, 2022

Latest Posts

Au Théâtre de Chaillot, “Le Lac des cygnes” apocalyptique d’Angelin Preljocaj

Le chorégraphe dépoussière le ballet mythique de Tchaïkovski en insufflant une énergie sombre et électrique. Comme la métaphore d’une planète en détresse.

La scène est plongée dans l’obscurité. En contrebas, une jeune fille endormie rêve d’une femme en chemise blanche dont l’image apparaît – forme flottante d’une douceur étrange –, quand elle est soudain enlevée par trois prédateurs. Ce tableau sidérant ouvre la nouvelle aventure d’Angelin Preljocaj, créée en octobre dernier : une relecture du Lac des cygnes, ballet mythique sur la si voluptueuse partition de Tchaïkovski, imaginée par Marius Petipa et Lev Ivanov, à Saint-Pétersbourg, en 1895.

Bal joyeux et fête techno

Les ténèbres dans lesquelles s’enfonce ici le monde des cygnes ne sont plus celles de la magie noire. Le sorcier Rothbart, qui arrache la princesse et la transforme dans la pièce d’origine, règne désormais sur une bande de mafieux et d’industriels peu scrupuleux, qui massacrent les forêts à la recherche d’énergie fossile. L’eau du fameux lac, projection numérique sur des toiles, y dégouline en traces visqueuses effrayantes. Et le palais est remplacé par un loft donnant sur une ligne d’horizon très new-yorkaise. Le couple royal fête une nouvelle usine que leur fils (le prince Siegfried) refuse. Mais le bal est joyeux, et la célèbre « valse des fleurs » vire à la fête techno : la partition de Tchaïkovski est alors fondue dans des pulsations qui électrisent aussitôt une jeunesse dorée avide de danse. Avec ses chaloupés tout en sinuosités suggestives, celle-ci tourne à l’infini.

Cet article
est réservé
aux abonnés

alors, on sort!

Festival, expositions, Cannes, Avignon…
Vibrez tout l’été au rythme des grands rendez-vous.

  • Tous les événements Télérama et partenaires
  • Tous les articles et critiques
  • 3 comptes à partager avec vos proches

Je m’abonne pour 1€ / mois tout l’été

Latest Posts

Don't Miss