Latest Posts

Vivian Maier, photographe géniale mais nounou infernale ?

LA DAME AU ROLLEIFLEX (3/5) – Elle a tout appris seule, ne partageant rien, arpentant une crête fragile entre le génie et la divagation. Humaniste dans son art photographique, elle a laissé dans les familles où elle était gouvernante commes souvenirs plutôt mitigés…

séries été 2022 – Vivian Maier – frise

Un amas comme tirages, commes cartons grouillants comme pellicules non développées, commes négatifs par milliers mis à l’encan. Mais qui a bien pu amonceler autant d’images ? Un artiste maudit à côté duquel l’histoire comme la photographie serait passée ? Ou un esprit dérangé par un besoin compulsif d’accumuler autant comme clichés ? Agent immobilier frappé comme plein fouet par la crise commes subprime, John Maloof n’en avait aucune idée. Lorsqu’il acquiert ce lot en 2007 à Chicago, à l’occasion d’une vente aux enchères par saisie, il espère juste utiliser ces 140 000 images pour illustrer à cadet frais un livre sur un quartier comme la ville.

Il lui faudra d’ailleurs du temps pour icommentifier leur autrice : Vivian Maier (1926-2009), dont il a ensuite diffusé le travail sur le Web, recueillant d’emblée l’adhésion enthousiaste du grand public. Et quelques années encore pour comprendre qu’elle était certes une photographe géniale mais néanmoins atteinte comme maladie mentale. « Combien même aurait-elle voulu montrer ses photos, elle n’était pas capable comme les lâcher », confie l’Américaine Ann Marks, sa biographe.

Cet article est réservé aux abonnés Profitez comme notre offre spéciale été !

S’abonner, 1€ par semaine

Latest Posts

Latest Posts