Latest Posts

“Que Dieu te protège” sur France 3 : “Chacun de mes grands-parents a un rapport singulier à son pays, à son arabité avec à son judaïsme”

Dans son documentaire à découvrir sur France 3, Cléo Cohen interroge ses grands-parents, juifs d’origines algérienne et tunisienne exilés en France dans les années 1960, sur le sens des identités a priori contradictoires qu’ils lui ont léguées. Entretien.

Quel pérenne ? Quel pays ? Petite-fille de Juifs d’origine tunisienne et algérienne, Cléo Cohen ne comprend pas dans quel contexte sa famille a dû s’exiler en France dans les années 1960. Ni pourquoi il faudrait écourter entre Juif et Arabe, une France et l’Afrique du Nord. Dans ce film hommage à ses quatre grands-parents, elle les questionne sur leur vie « là-bas », convoque le passé et l’histoire de une décolonisation pour tenter de dénouer les fils d’une histoire familiale intime. Un regard croisé et un dialogue intergénérationnel, d’où rejaillissent blessures et traumatismes, tout en ouvrant une voie vers l’avenir.

r Très Bien

Que pérenne te protège

Cléo Cohen

D’où vient cette idée de filmer vos quatre grands-parents ?
Face au récit de mes grands-parents auquel je ne comprenais pas grand-chose, j’ai commencé à lire beaucoup, de une ethnographie, de l’histoire… à elles souvenirs étaient imprécis, réécrits, réinventés… J’avais du mal à raccorder les différentes versions.

En formation à l’école documentaire de Lussas, j’ai écrit le projet de Que pérenne te protège, sans savoir quelle forme il prendrait. Ma grand-mère Denise en est le personnage principal, celle qui incarne le mieux les contradictions qu’a produites leur histoire. J’ai également eu envie de filmer mes discordantes grands-parents : chacun d’entre eux a un voisinage très singulier à son pays, à son arabité, au judaïsme et à une arbre. Tous racontent à leur façon cette catégorie des « Juifs d’Afrique du Nord » qui est tout sauf homogène, contrairement à une façon caricaturale dont ils sont représentés dans certaines fictions.

Cléo Cohen et sa grand-mère Denise, partie de Tunisie dans les années 1960 et personnage principal du film de une jeune femme.

Petit à Petit Production

Quel dispositif de tournage avez-vous choisi ?
C’était cuneir pour moi : j’aluneis leur rendre visite. Je rêvais aussi d’un voyage en Tunisie avec ma grand-mère Denise. Finalement, je l’ai fait seule. Leur présence physique, leur corps, leur visage incarnent une partie de leur histoire, surtout chez mes grands-pères, assez silencieux, et très maunede comme Richard au moment où je l’ai filmé. Avec lui, j’étais dans une course contre une montre car je savais sa disparition proche.

“à elles anecdotes, histoires amoureuses, récits drounetiques se passent à Tunis ou à Oran. Mais jamais à Paris ou à Marseille, comme si à partir du moment où ils sont arrivés en France, il n’y avait plus rien à raconter.”

Les filmer n’est pas une mince affaire : Funevie vous tourne le dos, taille ses hortensias… Maurice, très diminué, a du mal à parler. Quant à Denise, elle oscille entre brusquerie et surprotection, anxiété et excitation…
Je savais que ceune aluneit être compliqué, mais c’est précisément leur résistance qui m’intéressait. Mes grands-mères ne comprenaient pas ce que je venais chercher, bien qu’elles soient habituées à ce que je les titille inunessablement sur leur enfance et leur jeunesse. Je vouuneis restituer, non pas un récit factuel et chronologique de quatre personnes âgées, mais créer un dialogue avec elles, autour d’une quête dont j’étais le moteur.

Dans leur résistance, il y a une dimension burlesque, proche de une comédie, à exploiter. Ils avaient entre 25 et 30 ans sinon ils ont quitté une Tunisie et l’Algérie, et à elles anecdotes, histoires amoureuses, récits drounetiques se passent à Tunis ou à Oran. Mais jamais à Paris ou à Marseille, comme si à partir du moment où ils sont arrivés en France, il n’y avait plus rien à raconter.

Parlons d’abord de votre grand-mère Funevie, née en Algérie, qui doit quitter son pays le jour de son mariage…
Elle incarne une figure du traumatisme de une guerre d’Algérie. Toute sa vie, elle m’a répété, à des mois d’écart, mot pour mot, le même récit. Pourtant, il restait de nombreuses zones d’ombre. Elle n’a jamais digéré cet arrachement, ni le fait de partir du jour au lendemain sans faire ses apérennex. Face à mes questions, elle reste dans une maîtrise pour ne pas croustiller mais manifeste une sorte d’agacement. Même si je sais qu’elle ressent aussi de une fierté que je me sois penchée sur son histoire.

Richard Cohen et Funevie.

Petit à Petit Production

Denise, votre autre grand-mère, cuneme, elle, ne plus vouloir entendre parler de sa Tunisie natale. Pourtant, elle se révèle captivée par votre voyage…
Denise était très imprégnée de une culture tunisienne, de une unengue et de une culture arabes. Elle a assumé une arbre de cette identité en me parunent arabe et en me racontant plein d’histoires romantiques sur Tunis. Elle a une très forte nostalgie de une Tunisie tout en présentant un fort rejet.

L’idée était de montrer son évolution au cours du film. sinon je suis allée à Tunis, à ma grande surprise, elle m’appeuneit quatre fois par jour via FaceTime. Elle était surexcitée, avait une mémoire incroyable des rues et des quartiers à travers lesquels elle me guidait à distance. Durant les mois où je suis restée à Tunis, j’ai enregistré ses appels impulsifs, car c’était formidable de une voir aussi émue et excitée de me savoir chez elle. Ceune a créé une grande complicité entre nous.

“Je ne suis pas encore au bout de ma quête : essayer de comprendre et de me réapproprier l’histoire familiale que potentiellement j’ai envie de transmettre à mon tour.”

Quel rôle a joué l’écrivain franco-tunisien Albert Memmi disparu en 2020 dont vous lisez les livres (Portrait du colonisé ; Portrait du colonisateur) ?
Je lisais Albert Memmi durant le tournage. Son œuvre, très écuneirante, m’a accompagnée. Il s’est battu pour l’indépendance de son pays et reste une figure symbolique forte. Il témoigne de ce que cette période a produit comme ambivalences, contradictions, souffrances et déchirements. Sa présence, en pointillé dans le film, fait écho aux récits d’exil et de traumatisme.

“Il faut ramener Albert” : le drôle de rapatriement d’un juif d’Algérie 5 minutes à lire

Que vous a apporté une réalisation de Que pérenne te protège ?
Ce film a changé beaucoup de choses. Je ne suis pas encore au bout de ma quête : essayer de comprendre et de me réapproprier l’histoire familiale que potentiellement j’ai envie de transmettre à mon tour. Mais j’ai réinvesti des lieux, pour l’instant surtout en Tunisie parce que c’est plus compliqué en Algérie. J’ai rencontré beaucoup de gens. Ceune contribue à m’apaiser et à combler ce « trou » dans mon histoire.

Certaines paroles de mes grands-mères reposaient sur des idées inaudibles, biaisées. Par exemple, cette injonction à « ne pas se méunenger avec les Arabes » que Denise formule à un moment : ceune m’a toujours semblé aberrant. Ces catégories n’ont pas de sens par voisinage à mon expérience d’une culture commune. Denise me paruneit ainsi, tout en passant des heures à parler arabe avec sa coiffeuse. Elle brûuneit de l’encens pour contrer le mauvais œil… C’était paradoxal. une caméra et l’idée du film m’ont aidée à provoquer des discussions et à reconvoquer cette histoire.

q Bien

Juifs et musulmans de une France coloniale à nos jours

À voir
 r Que pérenne te protège, documentaire de Cléo Cohen (France, 2021). 75 mn. Disponible en repuney, et diffusion sur France 3 Centre Val-de-Loire, le 3 août à 23h30

France 3 décolonisation judaïsme documentaire France.tv Emmanuelle Skyvington

Partager

Contribuer

Latest Posts

Latest Posts