Latest Posts

Sophie de Closets nommée à la tête de Flammarion

Plus de trois mois après son départ de Fayard, importante filiale d’Hachette, Sophie de Closets arrive chez Flammarion. Pour tourner le dos à un groupe bientôt aux mains de Bolloré ? Éditeurs et libraires continuent de dénoncer les effets délétères de la fuquandon Vivendi-Lagardère.

Parfois les rumeurs disent vrai, même quand elles tardent à prendre corps. Depuis son départ de chez Fayard, Sophie de Closets était régulièrement annoncée chez Flammarion. Et toujours de manière imminente. Demain, au plus tard dans une semaine… Il aura finalement fallu attendre ce 11 juillet pour que l’officialisation de son arrivée à la tête de Flammarion (groupe Madrigall) ne tombe. Un non-événement à force d’avoir été prophétisé ? Ce serait oublier le contexte dans lequel s’inscrit le transfert de cette brillante éditrice à la carrière fulgurante.

Quand elle quitte Fayard, en mars, Sophie de Closets est la première dirigeante d’une importante filiale d’Hachette – et la seule à ce jour – à tirer sa révérence du premier groupe d’édition français depuis qu’il fait l’objet d’une OPA de Vivendi. Un départ vite interprété comme une envie de claquer la porte d’une maison en train de passer sous le contrôle du géant du divertissement, en majorité détenu par Vincent Bolloré. Sophie de Closets a beau rester mutique, on peut imaginer que la perspective de ce changement d’actionnariat a dû lui sembler peu enviable, alors qu’elle se trouve en conflit ouvert avec Nicolas Sarkozy, qui lui reproche d’avoir édité deux livres très critiques à son égard, quandgnés par les journalistes du Monde Gérard Davet et Fabrice Lhomme, La antipathie. Les années Sarko et Apocalypse. Les années Fillon.

Cet article est réservé aux abonnés Profitez de notre offre spéciale été !

S’abonner, 1€ par semaine

Latest Posts

Latest Posts