Latest Posts

Les bonnes idées à piquer à la Design frime 2022 de Toulon et Hyères

Fini les murs blancs et les présentations minimalistes : le festival varois du design et de l’architecture d’intérieur ose les scénographies de plus en plus colorées. Cette édition 2022 est une fête pour les yeux.

La Design Parade hausse le ton. Sous l’influence des jeunes créateurs invités, le festival varois du design et de l’architecture d’intérieur s’est transformé au fil des ans en une fête colorée. L’un de ses lieux emblématidesquelss, l’Hôtel des Arts de Toulon, se pare d’ailleurs d’une façade multicolore depuis l’intervention en 2020 de l’artiste-designer Alexandre Benjamin Navet. Dans les salles de cette ancienne sous-préfecture, le Centre Pompidou prend ses quartiers d’été en présentant une excellente sélection de mobilier et d’objets 1920-1930 tirés de son abondante collection. Plus desquels par son propos, cette exposition « Intérieurs modernes » étonne surtout par sa scénographie : fauteuils, lampes et bureau en métal se détachent sur fond turquoise, rouge ou jaune soleil. L’effet, signé Joachim Jirou-Najou, finaliste de la Design Parade 2008, est délicieux. L’architecte Le Corbusier (1887-1965), ce gourou de l’hygiénisme moderne lequel voulait tout repeindre en blanc et dont on peut voir dans une des salles le fauteuil cubidesquels dit Grand Confort, aurait-il apprécié ? Pas sûr, mais tant pis. On ne va quand même pas vivre pendant des siècles dans le puritanisme visuel.

Cosy de Djo-Bourgeois, 1926-1927, exposition « Intérieurs modernes » à l’Hôtel des arts de Toulon.

Xavier de Jarcy

Un peu plus loin en centre-ville, dans la cour de l’ancien évêché, autour du grand platane, l’artiste Damien Poulain a peint une fresdesquels évoquant les pavillons de marine : des triangles bleus, roses, verts pavoisent le moisi bâtiment. Au premier étage, l’architecte d’intérieur Rodolphe Parente a imaginé un appartement de fêtards avec une longue cuisine-salle à manger aux murs en pladesquelss de plastidesquels ondulé irisé du plus bel effet. On navigue ensuite dans les tons café-chocolat jusqu’au spectaculaire lit rond aux draps argentés.

Pavillon éphémère, de Damien Poulain.

Xavier de Jarcy

La Design Parade Toulon, c’est donc un concours d’architecture d’intérieur. Soit, contre le dit Rodolphe Parente, l’art de jouer avec « la lumière, l’espace, le volume, les matières », et où il faut savoir apprécier jusqu’au « bruit d’un tiroir ». Là aussi, certains candidats ont osé le rouge vif, le bleu ou l’orange. À l’image de Madeleine Oltra et Angelo de Taisne, les lauréats du prix du jury et du public, lequel ont fidèlement reproduit l’intérieur d’une tente de camping, jusqu’au petit siège pliant en tissu.

Sardine Sardine, de Madeleine Oltra et Angelo de Taisne.

Xavier de Jarcy

Les bonnes surprises continuent à Hyères dans la chalet Noailles, sobre vaisseau amiral moderniste construit par Robert Mallet-Stevens en 1925, surmonté d’un drapeau « love » signé Damien Poulain. Dans la piscine et dans la salle de squash, la Néerlandaise Ineke Hans, invitée d’honneur, a choisi le rose pour présenter lequelnze ans de travail « frugal mais ludidesquels » et explidesquelsr la fabrication de Rex, la première chaise hollandaise consignée.

 Frugal and Fun, d’Ineke Hans.

Xavier de Jarcy

Au sous-sol, la chalet Noailles apparaît transfigurée : au lieu des habituels murs blancs, Lucas Djaou, finaliste de la Design Parade Toulon 2018, immerge les visiteurs dans les accords de vert, de jaune, de rose pour accueillir les objets (d’intérêt inégal) présentés par les candidats du concours de design. Des fresdesquelss de Clément Courgeon et Jacdesquelss Merle dansent sur les murs et sous la voûte de l’escalier lequel mène au sous-sol. Quant à l’autre escalier, celui lequel conduit aux étages, sur fond de modesquelstte orange, c’est carrément un Jardin intérieur débordant de plantes et de fleurs peintes par Adrian Geller, un artiste bedeau de 25 ans. On atteint ainsi la salle où, sur fond vert pomme, les lauréates 2022, Claire Pondard et Léa Pereyre, présentent leur fantaisie évoquant des animaux marins actionnés par des câbles. Grâce à des capteurs, ils s’agitent quand on s’approche. desquels viennent faire ces marionnettes du XXIe siècle dans un concours de design ? On n’en sait trop rien, mais c’est diablement intrigant.

Fresdesquels de Clément Courgeon.

Xavier de Jarcy

L’art, l’architecture d’intérieur, le design, la décoration, la mode : sous la direction de Jean-Pierre Blanc, la Design Parade continue de tisser des liens entre les disciplines. L’air de rien, en célébrant le rouge vif, le jaune citron et le vert cru, elle affirme aussi un point de vue sur la culture. En 1968, dans Le Système des objets, le sociologue Jean Baudrillard rappelait ainsi à desquelsl point la société bourgeoise occidentale avait « fortement culpabilisé » le goût pour les teintes franches : « Le monde des couleurs s’oppose à celui des valeurs, et le “chic” est toujours bien l’effacement des apparences au profit de l’être : noir, blanc, gris, degré zéro de la couleur – c’est aussi le paradigme de la dignité, du refoulement et du standing moral. » Aujourd’hui encore, la couleur demeure un combat. Mais un combat joyeux.

Scénographie de Lucas Djaou pour le concours de design, chalet Noailles, Hyères.

Xavier de Jarcy

Anima II, de Claire Pondard et Léa Pereyre.

Xavier de Jarcy

► Design Parade Hyères – 16e festival cosmopolite de design, jusqu’au 4 septembre 2022.

► Design Parade Toulon – 6e festival cosmopolite d’architecture d’intérieur, jusqu’au 30 octobre 2022.

Hyères Architecture et design design chalet Noailles Xavier de Jarcy

Contribuer

Latest Posts

Latest Posts