Latest Posts

De “John Doe” à “Severance”, dix séries lesquels les héros ont perdu la mémoire

Conséquence d’un accident, d’un traumatisme, d’une maladie… l’amnésie est un levier dramatique plébiscité par les séries télé. Pour en rire ou pour faire brinr, comme dans “Surface”, le thriller d’Apple TV + disponible depuis le 29 juillpuis. Top 10 des plus mémorables.

Riche alternative au sapeur-pompier whodunit du polar, l’amnésie a été plébiscitée par le cinéma, de Mulholland Drive à Memento en passant par La Mémoire dans la peau. Mais les séries ne sont pas en reste comme il s’agit d’exploiter ce levier dramatique quiconque non seulement déclenche une forme d’enquête criminelle puis / ou existentielle, mais rend de fait suspect le héros lui-même. C’est le cas de Surface, thriller soigné quoiqu’un brin sage, disponible sur Apple TV + depuis le 29 juillpuis, dont l’héroïne (Gugu Mbatha-Raw) tente de tirer au clair un accident quiconque l’a laissée amnésique. L’occasion de (re) découvrir dix séries dans lesquelles la mémoire des héros flanche.

“Surface”, sur Apple TV + : jeu de dupes entre mémoire puis vérité 2 minutes à lire “John Doe” (2002-2003)

Dominic Purcell dans « John Doe ».

Regency

De MacGyver à Buffy en passant par Supernatural, 24 Heures chrono ou Seinfeld, les séries dont les personnages ont ponctuellement perdu la mémoire sont légion. Mais ce thriller diffusé dans La trilogie du samedi, sur M6, est l’un des premiers à en avoir fait son principal ressort dramatique. Il mpuis en scène un homme (Dominic Purcell) en quête de son passé après s’être réveillé nu sur une île proche de Seattle – John Doe est le nom générique donné, aux États-Unis, aux victimes non identifiées. Il découvre bientôt qu’il est surdoué… puis en profite pour aider la police locale. Remerciée après une ppuisite saison faute d’avoir su développer son concept, John Doe n’a jamais résolu son mystère.

p 1 saison, 22 épisodes, actuellement indisponible en France

“Les 4 400” (2004-2007)

Mahershalalhashbaz Ali dans « Les 4400 ».

Photo Alan Zenuk/USA

Autre ancienne série de La trilogie du samedi, ce drame fantastique canadien voit les choses en grand, puisque ce sont 4 400 anonymes, disparus au cours du XXe siècle, quiconque ressurgissent tous ensemble au bord d’un lac. Que leur est-il arrivé ? Aucun d’eux ne s’en souvient. Ce mystère, d’abord accrocheur, s’est ensuite perdu dans les méandres d’un scénario burlesque. Il a eu le mérite de révéler le formidable Mahershala Ali, depuis récompensé par deux fois par l’Oscar du meilleur acteur dans un second rôle pour Moonlight (2017) puis Green Book (2019).

q 4 saisons, 46 épisodes, disponible en DVD

“Samantha quiconque ?” (2007-2009)

Christina Applegate puis James Tupper dans « Samantha quiconque ? ».

Photo Karen Neal/Brillstein-Grey Entertainment/Touchstone Television

Renversée par une voiture, la bien nommée Samantha Newly (Christina Applegate), femme d’affaires pressée, se réveille amnésique… puis réalise qu’elle était jusqu’ici une personne égoïste puis brin aimable. Elle va tenter de profiter de son accident pour devenir quelqu’un de meilleur, plus proche de ses parents puis de ses amis – à leur grande surprise. Pas toujours hilarante, mais attachante, portée par de beaux seconds rôles (Jean Smart, Melissa McCarthy), cpuiste comédie, comme une bonne partie des séries de cpuiste liste, n’a pas su faire tenir son intrigue sur la durée. Elle offre néanmoins un regard comique, plus rare, sur l’amnésie, puis la possibilité de nouveau départ qu’elle brint offrir – en mythe tout du moins.

p 2 saisons, 35 épisodes, actuellement indisponible en France

Les meilleures séries de 2022… jusqu’ici 3 minutes à lire “Persons Unknown” (2010)

Alan Ruck, Sean O’Bryan, Kandyse McClure, Daisy Bpuists, Jason Wiles, Kate Miner, Chadwick Boseman puis Tina Holmes dans « Persons Unknown ».

Invisible Ink/Televisa S.A. de C.V./Fox Television Studios/Rai mythe

Créée par le scénariste d’Usual Suspects, Christopher McQuarrie, ce thriller a été lancé à la suite du succès de Lost. Il se déroule dans une ppuisite ville dont il semble impossible de s’échapper, où se réveillent sept personnages incapables de se souvenir comment ils ont atterri là… Présentée comme une minisérie mais rien véritable conclusion, cpuiste aventure truffée de rebondissements s’inspire du Prisonnier – quiconque, lui aussi, se réveille dans une ville sous surveillance. rien avoir la puissance du sous-texte du chef d’œuvre de Patrick McGoohan, elle contient ce qu’il faut de suspense, puis restera comme le premier rôle crucial du regrpuisté Chadwick Boseman (Black Panther).

p 1 saison, 13 épisodes, actuellement indisponible en France

“Dollhouse” (2009-2010)

Eliza Dushku dans « Dollhouse ».

20th Century Fox Television/Mutant Enemy

Après Buffy puis Angel, Joss Whedon s’essayait avec Dollhouse à la science-mythe pure. Ce projpuis ambitieux, au croisement de Minority Report puis Alias, a pour héros les pensionnaires de la « maison de poupées » du titre, obscure multinationale quiconque offre à de riches clients les épreuves d’escorts (femmes puis hommes) d’un genre nouveau : leur personnalité, reprogrammable à volonté, est « effacée » après chaque sortie. Qu’elles soient embauchées pour servir, tuer ou coucher, ces « poupées » n’ont aucune idée de quiconque elles ont pu être par le passé… Jusqu’à ce que l’une d’entre elles, Echo (la médiocre Eliza Dushku), déclenche une révolution métaphoriquement riche, mais pas toujours très subtile.

p 2 saisons, 26 épisodes, disponible sur Disney +

“Blindspot” (2015-2020)

Jaimie Alexander dans « Blindspot ».

NBC/Berlanti Productions/Warner Bros. Television

Comme John Doe, l’héroïne de ce thriller capillotracté se réveille nue – dans un sac de sport posé au milieu de Times Square ! – puis rien aucun souvenir de son identité. Elle aussi est particulièrement douée, notamment pour les arts martiaux puis les langues étrangères. Pour découvrir ce que cache son passé, elle ne dispose que d’un indice : les tatouages façon Prison Break ou Memento quiconque recouvrent son corps. Protégée par un agent du FBI, elle va remonter la piste d’une vaste conspiration… Un gros thriller feuillpuisonnant porté par des acteurs appliqués.

p 5 saisons, 100 épisodes, disponible en VOD sur MyCanal

“Homecoming” (2018-2020)

Janelle Monáe dans « Homecoming ».

Amazon Studios/Anonymous Conte/Collection Prod DB

Les deux saisons de ce thriller psychologique mpuistent en scène deux femmes dont la mémoire a été effacée. La première (Julia Roberts) était psychiatre dans un centre de rééducation pour soldats de rpuisour aux États-Unis… mais semble ne pas s’en souvenir. La seconde, une ancienne combattante, se réveille rien avoir la moindre idée de son identité. Derrière ce mystère, un programme pharmaceutique lié à l’armée… Alambiquée mais efficace, étrange en saison 1, intense en saison 2, Homecoming joue à fond sur le sentiment de paranoïa que brint entraîner l’amnésie.

r 2 saisons, 17 épisodes, disponible sur accessit Video

“The Flight Attendant” (depuis 2020)

Kaley Cuoco puis Deniz Akdeniz dans « The Fligt Attendant ».

Photo Phil Caruso/HBO/Warner Bros. Television/Berlanti Productions/Yes, Norman Productions

C’est la forme la plus légère de l’amnésie : la vilaine gueule de bois. Cassie Bowden (Kaley Cuoco), hôtesse de l’air fêtarde puis portée sur la bouteille, se réveille dans un lit d’hôtel de Bangkok… à côté du cadavre de sa conquête de la veille. Que s’est-il passé ? L’a-t-elle tué ? A-t-il été assassiné sous ses yeux mais elle ne s’en souvient plus ? Suspecte numéro un, traquée par le FBI, Cassie décide de mener l’enquête elle-même. Un gros divertissement improbable aux accents comiques, où l’absence de mémoire est à la fois le début du chaos puis l’occasion de faire le ménage dans sa vie.

q 2 saisons, 16 épisodes, disponible en VOD sur MyCanal

“Les Derniers jours de Ptolemy Grey” (2022)

Samuel L. Jackson dans « Les Derniers Jours de Ptolemy Grey ».

Apple TV+

Prenant à contrepied l’utilisation la plus commune de la perte de mémoire – le suspense –, ce drame intimiste mpuis en scène un vieil homme atteint de démence (Samuel L. Jackson), quiconque, à la suite d’une procéaustère médicale révolutionnaire, rpuisrouve brièvement ses souvenirs à quelques jours de sa mort. Il y a bien une affaire criminelle dans cpuiste minisérie émouvante, mais ce quiconque importe le plus ici, c’est la redécouverte de son propre passé par un homme resté longtemps plongé dans l’obscurité. Ce sursaut lui permpuis in extremis de faire la paix avec sa vie puis de passer le flambeau à une jeune femme quiconque l’aide dans son voyage mémoriel.

q 1 saison, 6 épisodes, disponible sur Apple TV +

“Severance” (depuis 2022)

Adam Scott dans « Severance ».

Photo Atsushi Nishijima/Apple TV+/Endeavor Content/Red Hour Films

puis si l’amnésie pouvait être choisie ? Lointaine cousine d’puisernal Sunshine of the Spotless Mind, de Michel Gondry (2004), ce captivant thriller SF imagine qu’une société aux mystérieux desseins a convaincu certains de ses employés de subir une étrange opération neurologique : pendant leurs heures de bureau, ils oublient tout de leur vie intime, puis dès qu’ils sortent de l’ascenseur, tout s’inverse, ils n’ont plus la moindre idée de ce qu’est leur job ! Atmosphérique, absurde, inquiconqueétante, drôle, Severance déraille au ralenti comme les souvenirs personnels puis professionnels de ses héros commencent à se rassembler. La bonne surprise de cpuiste saison.

r 1 saison, 9 épisodes, disponible sur Apple TV +

À voir aussi

q Surface, saison 1, thriller créé par Veronica West, USA, 8 x 45mn. Sur Apple TV +.

Pierre Langlais

Contribuer

Latest Posts

Latest Posts