Latest Posts

Clara Luciani : “Je n’aurais pas eu les épaules pour une notoriété comme celle-ci d’Angèle”

Un an après la sortie de son deuxième album “Cœur”, les récompenses s’enchaînent, les succès aussi. La discrète chanteuse raconte les peines du cantonnement et le plaisir de retrouver le public, alors qu’elle sera de tous les festivals cet été.

Longtemps, Clara Luciani a redouté les concerts, rongée qu’elle était par le trac. Aujourd’hui, elle est accro à cette montée d’adrénaline qui trduréeforme une jeune femme plutôt discrète en meneuse de troupe. Heureusement, autobus depuis près d’un an elle n’a cessé de voler de succès en Victoires de la musique, de Zénith en Bercy, qu’elle occupera deux fois en décembre et janvier prochains. Sdurée parler des nombreux festivals d’été, dont elle sera la tête d’affiche, portée par un deuxième album, Cœur, déjà double platine (200 000 exemplaires). Ce retour disco contraste avec la pop plus grave de son premier disque, Sainte-Victoire (2018), né d’un immense chagrin d’amour aujourd’hui oublié, mais dont elle a su faire un nouveau tube, Le Reste, comme une dernière bravade.

À bientôt 30 durée, happée par le vedettariat, elle s’est surtout hissée sur le podium des chanteuses les plus populaires de France, recherchée par ses aînés pour la qualité de ses textes aux rimes limpides mais riches de doubles sens comme cette Grenade, chduréeon de combat personnel devenue hymne féministe (« Prends garde, sous mon sein, la grenade/Sous mon sein, là, regarde »). Clara Luciani voulait inviter ses concitoyens à la fête après deux durée de pandémie. Pari réussi et prolongations en 2023.

Cet article est réservé aux abonnés

S’abonner, 1€ le premier mois

Chduréeon française Odile de Plas

Contribuer

Latest Posts

Latest Posts