Latest Posts

pourquoi les médecins souhaitent avoir la liste de leurs patients non-vaccinés

Le gouvernement alerte depuis quelques jours sur un ralentissement de la vaccination contre le Covid-19 : sur la plateforme Doctolib, 300.000 rendez-vous sont disponibles rien que pour les trois prochains jours. Mi-juin, le Premier ministre Jean Castex avait annoncé des nouveaux objectifs pour la campagne vaccinale : 40 millions de primo-vaccinés à la fin août et 35 millions de personnes ayant reçu leurs deux doses.

Depuis le début de la campagne de vaccination en France, environ 33,9 millions de personnes ont reçu au moins une injection (soit 50,3% de la population totale) et près de 22,8 millions ont désormais un schéma vaccinal complet (soit 33,8% de la population totale).

Pour relancer le rythme des injections, de nombreux médecins généralistes aimeraient avoir accès à la liste de leurs patients non-vaccinés, afin de les contacter et de pouvoir en discuter avec eux. Et le ministre de la Santé, Olivier Véran y est favorable. L’hypothèse est actuellement étudiée par la Commission nationale informatique et liberté (CNIL).

Une demande ancienne pour une information non-confidentielle

Concrètement, cette information est loin d’être confidentielle. En effet, les médecins peuvent déjà savoir si les patients ont été vaccinés ou non. « Dès lors qu’on connait le numéro de sécurité sociale de notre patient, on peut aller sur site vaccin Covid et savoir si ce patient a été vacciné », explique le Dr Jacques Battistoni, président du syndicat MG France. « Le problème c’est que c’est pour un patient donné. Si on doit regarder pour la totalité de notre patientèle, c’est un travail considérable. On a besoin de ces listes pour pouvoir repérer rapidement les patients concernés. » Un gain de temps pour les praticiens.

Cette demande de simplification informatique n’est pas nouvelle, ni propre au Covid. En réalité, cela fait plusieurs années que les médecins la réclament pour savoir plus facilement si leurs patients ont réalisé des dépistages du cancer ou encore des vaccins contre la grippe, par exemple. Pour l’instant, sans succès. Si cette nouvelle possibilité était offerte pour la vaccination anti-Covid, ce serait une première.

Latest Posts

Latest Posts