Latest Posts

plongée dans les tourments d’un camp de réfugiés 

En septembre 2020, un incendie ravage le plus grand camp de réfugiés d’Europe, implanté sur l’île grecque de Lesbos. Tournée avant le sinistre, cette enquête âpre et rare met au jour les conditions de vie indignes des migrants dans “une prison à ciel ouvert”.

Septembre 2020. Un épais nuage de fumée enveloppe Moria. Le plus grand camp de réfugiés d’Europe, sur l’île grecque de Lesbos, est entièrement ravagé par un incendie. Les flammes détruisent ce campement insalubre, où étaient entassées environ vingt mille personnes, dont de nombreux enfants, dans des conditions indignes. Mais surtout, le feu réduit en cendres les espoirs de femmes et d’hommes coincés dans cette « prison à ciel ouvert » aménagée en 2015, au plus fort de la crise migratoire.

Abonné Virginie Guiraudon, chercheuse : “Plus on contrôle les migrants, plus il y a de voyages irréguliers” Juliette Bénabent 11 minutes à lire

« Ce camp a été un lieu de torture des réfugiés pendant des mois et des mois », n’hésite pas à témoigner Maurice Joyeux, prêtre missionnaire jésuite, devant la caméra de Mortaza Behboudi, exilé afghan passé par le bidonville de Moria, et la grande reportrice Laurence Monroe. Avant l’incendie du camp, tous les trois ont partagé le quotidien des demandeurs et demandeuses d’asile frappés par un confinement strict en raison de la pandémie de Covid-19, de mars à septembre derniers.

Une “bombe humanitaire”

Cet article
est réservé
aux abonnés

alors, on sort!

Festival, expositions, Cannes, Avignon…
Vibrez tout l’été au rythme des grands rendez-vous.

  • Tous les événements Télérama et partenaires
  • Tous les articles et critiques
  • 3 comptes à partager avec vos proches

Je m’abonne pour 1€ / mois tout l’été

Latest Posts

Latest Posts