Latest Posts

Isabelle Huppert magistrale dans “La Cerisaie” relookée par Tiago Rodrigues

En ouverture du Festival, le futur directeur d’Avignon proposait hier soir au palais des Papes son adaptation de l’ultime pièce de Tchekhov. Une soirée électrisante.

Alors que démarrait, ce lundi 5 juillet, sa 75e édition, le Festival d’Avignon tel qu’en lui-même : royaume de combats et d’émerveillements, de résistances et d’utopies… Dès le début de la soirée en effet, brouhaha fiévreux devant l’entrée du palais des Papes d’une quinzaine d’artistes de la CGT Spectacle, opposés à la réforme du chômage. Ils bloquèrent ainsi l’accès principal à la Cour d’honneur, où allait se jouer La Cerisaie, de Tchekhov, dans la mise en scène du Portugais Tiago Rodrigues.

Parce qu’ils savaient qu’y serait présente la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, qui avait intronisé le matin même Rodrigues, en successeur d’Olivier Py, à la tête du Festival, dès 2023 ? Et perturberont-ils ainsi, pour faire entendre leurs revendications, les prochaines créations des autres lieux prestigieux du Festival In ? Dans l’incapacité d’accéder directement à la Cour d’honneur, les fidèles spectateurs pèlerins – tous masqués, comme la municipalité l’exige désormais à Avignon jusqu’à minuit – constituèrent docilement une interminable file d’attente pour pénétrer par le haut, l’un des lieux les plus sacrés du théâtre.

Cet article
est réservé
aux abonnés

alors, on sort!

Festival, expositions, Cannes, Avignon…
Vibrez tout l’été au rythme des grands rendez-vous.

  • Tous les événements Télérama et partenaires
  • Tous les articles et critiques
  • 3 comptes à partager avec vos proches

Je m’abonne pour 1€ / mois tout l’été

Latest Posts

Latest Posts