Latest Posts

désillusion confirmée pour le vaccin de l’Allemand CureVac

Le vaccin développé par le laboratoire allemand CureVac n’est efficace qu’à 48% pour prévenir le Covid-19, un taux bien plus faible que les autres vaccins à ARN messager déjà approuvés, selon des résultats complets d’un essai clinique à grande échelle, a annoncé la société mercredi.

Chez les participants à l’essai, « le candidat-vaccin CVnCoV a démontré une efficacité globale de 48% (83 cas dans le groupe vacciné, 145 dans le groupe placebo) contre la maladie Covid-19, quelle que soit sa gravité », a indiqué dans un communiqué le laboratoire, qui a signé un important contrat de commande avec l’Union européenne.

Ce résultat était prévisible après la publication mi-juin d’analyses intermédiaires décevantes des essais cliniques de ce vaccin attendu. Le laboratoire avait mis en cause la diffusion rapide des nouveaux variants.

De meilleurs résultats chez les 18-60 ans

CureVac indique que la performance de son produit est légèrement meilleure dans la tranche d’âge des 18-60 ans, où l’efficacité atteint 53%. Au sein de ce groupe, l’effet protecteur contre les formes modérées et graves de la maladie atteint 77 % et il est de 100% dans la prévention des hospitalisations et des décès, selon le communiqué. En revanche, « chez les participants âgés de plus de 60 ans, représentant 9% des cas étudiés, les données disponibles n’ont pas permis de déterminer l’efficacité de manière statistiquement claire ».

 

 

Malgré ce résultat en demi-teinte, CureVac se dit convaincu que son candidat vaccin « apporte une contribution précieuse à la santé publique en protégeant totalement les participants à l’étude âgés de 18 à 60 ans contre l’hospitalisation ou le décès, et avec un taux d’efficacité de 77% contre la progression modérée et grave de la maladie », selon son PDG Franz-Werner Haas, cité dans le communiqué.

« Nous pensons que ce profil d’efficacité représente une contribution importante à la gestion de la pandémie de Covid-19 et à la gestion de la propagation dynamique des variants », ajoute-t-il.

L’EMA doit se prononcer sur sa mise sur le marché

Il revient à présent à l’Agence européenne des médicaments (EMA), qui a déjà engagé une procédure d’examen en continu du vaccin, de donner son feu vert ou non à sa mise sur le marché. La Commission européenne a signé avec la biotech un contrat portant sur l’achat de 405 millions de doses.

Les vaccins BioNTech/Pfizer et Moderna, également basés sur le principe de l’ARN messager, ont démontré une efficacité d’environ 95%. Celle des vaccins AstraZeneca et Johnson et Johnson se situe entre 60 et 70%. 

Un des premiers laboratoires à se lancer dans la course au vaccin

CureVac avait été parmi les premiers à se lancer dans la course au vaccin et espérait encore il y a peu mettre sur le marché un sérum performant en mai de cette année. Le laboratoire a mené la phase finale de ses essais sur environ 40.000 volontaires en Europe et en Amérique latine.

Ses responsables avait expliqué en juin avoir dû affronter « un virus différent » des concurrents en raison de la « grande diversité de mutations » présentes lorsqu’a commencé la phase d’essais en décembre. Parmi les cas séquencés lors de l’étude, des variants dits « préoccupants » ont été repérés chez plus de la moitié des patients.

Latest Posts

Latest Posts