Latest Posts

pas de fusion entre les écologistes et Muselier, Governatori satisfait de son accord

Le candidat écologiste veut faire en sorte que Thierry Mariani (RN) perde la région. Il a conclu un accord sur des « engagements environnementaux forts » avec Renaud Muselier. En contrepartie, il n’y aura pas d’élu écologiste dans l’assemblée régionale. 

Les tractations auront duré un peu plus de 48 heures. Et voilà le résultat : la liste de Jean-Marc Governatori, (Cap Ecologie) ne fusionnera pas avec celle de Renaud Muselier (LR). Il n’y aura donc pas d’élu écologiste à la région.

Dimanche, au premier tour du scrutin, Cap Ecologie (allié au Parti animaliste) avait recueilli 5,28 % des voix, un score suffisant pour pouvoir fusionner avec une autre liste. 

Pour faire barrage au Rassemblement national, Jean-Marc Governatori a préféré négocier « un engagement fort », dit-il sur ses « priorités écologiques ».

Il sera également conseiller spécial bénévole de la région sur les questions environnementales. Une façon de peser sur les débats de l’assemblée et de tenter de « verdir » la région.

Engagements environnementaux forts

Selon lui, il assure ainsi ses deux priorités : faire en sorte que Thierry Mariani (RN) perde la région sans rajouter du cafouillage avec la liste Muselier, après l’affaire LREM qui a occupé une bonne partie de la campagne. 

Sa deuxième priorité : obliger le président sortant, Renaud Muselier à prendre des engagements environnementaux forts, conformes à son projet. Et surtout : ne pas faire fuir des électeurs qui peinent déjà à trouver le chemin des urnes. 

Au soir du premier tour, Jean-Marc Governatori parlait d’un « score historique » se disait satisfait d’assister à « la naissance de l’écologie centriste. » Il avait ajouté : « C’est notre électorat qui décidera de l’issue du second tour. »

Une non-fusion qui n’est pas vraiment une surprise. Déjà, le 15 juin dernier, Cap Ecologie tendait la main à Renaud Muselier pour faire un front républicain contre le RN en région PACA.

A ce moment-là, les sondages créditaient le Rasemblement national de 41 % des intentions de vote.

Le candidat écologiste souhaitait alors obtenir des « avancées écologistes » sur l’économie circulaire, la rénovation énergétique et les énergies renouvelables, la mise en place d’AMAP (associations pour le maintien de l’agriculture paysanne).

Jean-Marc Governatori avait déclaré : 

Je suis en colère, choqué par la banalisation sur la victoire possible du Rassemblement national.

Corinne Lepage, co-présidente du parti Cap Ecologie avait aussi expliqué à la mi-juin : « Un accord technique avec Renaud Muselier pour éviter que la région vire RN me paraît conforme à l’intérêt de l’écologie et à l’intérêt de la République. »

Pour faire barrage au Rassemblement national en Provence-Alpes-Côte-d’Azur (Paca), Cap écologie, le parti de Jean-Marc Governatori et Corinne Lepage, s’est dit prêt mardi à un accord avec le président sortant LR Renaud Muselier #AFP pic.twitter.com/UHzNNXMKOz

— Agence France-Presse (@afpfr) June 15, 2021

Cette non-fusion intervient après le retrait quelque peu forcé de Jean-Laurent Félizia (EELV) lundi 21 juin dans l’après-midi. De quoi rassurer un peu plus le président sortant, Renaud Muselier, avant le 2nd tour ce dimanche 27 juin.

Un communiqué détaillé de cet accord sera envoyé ce mercredi 23 juin à 11h à la presse. 

> Jean-Marc Governatori sera l’invité de France 3 Côte d’Azur ce mercredi à midi.

Latest Posts

Latest Posts