Latest Posts

Les hard seltzers, vrai filon ou fausse bonne idée?

Arrivés des États-Unis, ces breuvages concurrencent les bières et veulent attirer une nouvelle clientèle, plus jeune.

On dirait de l’eau gazeuse, mais qui titrerait à 5° d’alcool, soit l’équivalent d’une bière légère aromatisée. Présentés comme étant sans sucre, sans gluten et souvent végan, ils arrivent sur le marché français, poussés par quelques mastodontes des sodas et de la bière. Créés en 2013 aux États-Unis, les hard seltzers (par opposition aux sodas, les softs) ne cachent pas leurs ambitions. Outre-Atlantique, ce nouveau segment de boissons est passé d’un chiffre d’affaires de 1,3 milliard de dollars en 2019 à 2,8 milliards l’année suivante et devrait atteindre 6 milliards cette année d’après IWSR et Nielsen. Selon les prévisions, la consommation de hard seltzers pourrait même dépasser celle de la vodka et du whisky réunis aux États-Unis en 2022.

Une manne pour les grands brasseurs d’autant que la production des hard seltzers est quasi identique: la fermentation de glucides grâce à des levures diluées dans de l’eau. Il ne reste plus qu’à ajouter des arômes qui jouent la carte de la naturalité,

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 81% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Latest Posts

Latest Posts